arbre1.jpgcormo1.jpgcormo2.jpgcormo3.jpgcormo4.jpgdiapo1.jpgdiapo2.jpgdiapo3.jpgdiapo4.jpgdoubs1.jpgdoubs2.jpgdoubs3.jpgdoubs4.jpgdoubs5.jpgloue1.jpgloue2.jpgloue3.jpgloue4.jpgneige1.jpg

Perche

 

Perca fluviatilis appartient à la famille des Percidés.


Description

La perche est un nageur peu rapide mais endurant. Son corps relativement haut favorise son agilité. Sa vue est trés développée et sa bouche comporte de nombreuses dents sur les maxillaires et le palais. Pous sa déffence, la Perche a des nageoires dorsales pourvues de rayons épineux. La Perche à de petites écailles trés rugueuses. Son dos gris foncé à verdâtre coiffe des flancs plus clairs marqués de 6 à 9 bandes sombres. Ses nageoires pelviennes, anale et caudale sont rouges. Dans sa nage, la nageoire dorsale est dressée.


Habitat

Elle habite les eaux calmes et stagnantes dans tout le pays, quoiqu’elle soit moins fréquente dans les Pyrénées.


Moeurs

Ce Percidé fréquente les eaux à courant modéré ainsi que les eaux stagnantes des étangs et des lacs. Les fonds offrants des abris tels que des souches ou rochers, lui conviennent parfaitement, non sans oublier quelques herbiers.

La Perche se nourrit de vers, de crustacés, de larves d'insectes mais c'est aussi un prédateur. Son activité alimentaire est plutôt diurne avec une pointe d'appétit à l'aube et au crépuscule. C'est généralement en été que cette activité alimentaire est la plus élevée. Jeune, la perche chasse en groupe, cachée dans les plantes aquatiques. La première victime sera le petit poisson sur laquelle elle fondra par derrière en mordant la queue. En grandissant, sa bouche devient d'une belle taille qui lui permet de prendre sans mal des petits poissons, y comprit des petites perches.

La maturité sexuelle intervient plus tôt chez le mâle (1 an) que chez la femelle (2 ans). La température est un facteur déterminant. Le développement des ovocytes est favorisé dans les eaux inférieures à 10°C et demande plusieurs mois à des températures inférieures. La ponte intervient au printemps dans des eaux fraiches (12°C), voir même plus froides dans les lacs.

L'incubation dure environ 15 jours dans unes eaux à 13°C. Outre le brochet qui est son prédateur, le Gardon lui aime bien venir chaparder les oeufs déposés en ruban daans les herbes. En prenant un gros spécimen (1 kg c'est déjà une belle prise), il y a de bonnes chances d'en trouver un autre trés prés. Les perches vivent en groupe d'âge. Au fur et à mesure, ces groupes deviennent moins importants au point de faire dire que les plus grosses vivent en solitaire !

En été on la trouve prés du bord, dans des herbiers ou dissimulée prés de bois imergés. L'hiver cherchez la plutot dans les grandes profondeurs.


Régime alimentaire

Son régime carnivore est varié. Pendant longtemps les jeunes se nourrissent surtout de plancton animal complété par des invertébrés capturés en particulier dans la végétation aquatique des hauts fonds. Les alevins, y compris ceux de sa propre espèce, sont au menu eux aussi ! Ce n’est qu’à partir d’une taille de 15 cm environ que le régime devient réellement piscivore. Les plus grosses prennent de plus grandes proies et font moins de repas.

L’ouverture de la bouche ne permet pas à cette carnassière de prendre de grosses proies. Avec ses dents «mousses», elle est obligée de choquer, d’assommer ses victimes avant de les avaler. En s’ouvrant, la bouche est un puissant aspirateur : son volume augmente de six fois en 40 millisecondes ! Elle se nourrit tout au long de la journée, mais son activité est souvent maximale à l’aube et au crépuscule.


Statut et répartition

La Perche est une espèce eurasienne avec une trés vaste répartition dans l'hémisphère nord. Elle est parfaitement adaptée aux changements saisonniers des climats tempérés. Elle apprécie une eau aux environs de 25°C. Autochtone dans le nord de la France, la Perche s'est implantée dans le sud et l'ouest de la France en utilisant les canaux.


Le saviez-vous ?

Lorsque la perche déclanche son attaque, en un vingtième de seconde, une perche de 25 à 30 cm de long a fait circuler un demi-litre d’eau dans sa gueule, à la vitesse de deux mètres par seconde !


< Retour au sommaire >