arbre1.jpgcormo1.jpgcormo2.jpgcormo3.jpgcormo4.jpgdiapo1.jpgdiapo2.jpgdiapo3.jpgdiapo4.jpgdoubs1.jpgdoubs2.jpgdoubs3.jpgdoubs4.jpgdoubs5.jpgloue1.jpgloue2.jpgloue3.jpgloue4.jpgneige1.jpg

Carcassin

 

Le "Cariassus cariassus" appartient à la famille des Cyprinidés.


Description

Le corps massif, légèrement comprimé latéralement et recouvert de grandes écailles. Le carassin s’apparente à la forme sauvage du poisson rouge. La tête petite porte une bouche minuscule et de grands yeux. Les nageoires sont grisâtres sauf les pelviennes et l’anale qui sont rouge. Le dos est brun foncé s’éclaircissant sur les flancs avec des reflets dorés. Le ventre est jaune clair. La ligne latérale est bien visible.


Habitat

Le carassin est originaire du bassin de la mer du Nord, du bassin de la Baltique et de la mer Noire. En France le carassin est présent à peu près partout, lac, étang, marécage à l’exception des eaux d’altitudes et de beaucoup de bassins côtiers atlantiques ou il se fait rare. Il affectionne les eaux calmes et riches en végétation aquatique. Il supporte un faible taux d’oxygène et une température de l’eau pouvant dépasser les 30°.


Moeurs

Grégaire le carassin vit en groupe de plusieurs individus de taille sensiblement égale. Poisson de haute température, il recherche sa nourriture sur le fond pendant la période d’été. L’hiver, il s’envase pour rentrer en léthargie.

La maturité sexuelle est atteinte à l’âge de 3 ans. Le frai se déroule en mai - juin, à proximité des berges dans une eau à 18-20° minimum. La femelle dépose en deux ou trois fois de 100 00 à 300 000 œufs qui adhèrent sur la végétation aquatique. Aussitôt fécondé par le mâle, l’incubation dure une semaine environ. La femelle carassin peu se reproduire sans mâle. En France, on trouve souvent que des femelles qui se reproduit avec d’autres espèces, dont les spermatozoïdes activent seulement les ovules. Cette reproduction est appelée gynogenèse.


Régime alimentaire

Omnivore, le carassin se nourrit de plancton animal, vers, larves d’insectes, mollusques, débris végétaux.


Statut et répartition

Originaire d'Europe centrale et occidentale, il n'est autochtone en France que dans le Nord-est (Spillmann, 1961). Il était signalé dans l'Aube (Ray, 1851) l'Aisne (Moreau, 1881) et dans l'Yonne (Roy, 1952). Son aire de répartition semble s'étendre vers le sud.


< Retour au sommaire >